Wormhout : au lycée de l’Yser, les élèves se mobilisent pour sauver les animaux d’Australie

Accueil / Actualités/ Wormhout : au lycée de l’Yser, les élèves se mobilisent pour sauver les animaux d’Australie

L’Australie est victime d’incendies gigantesques mettant en péril, outre la flore, de nombreuses espèces animales protégées, parfois en voie de disparition. Sensibles à la cause, les élèves, tous niveaux confondus, se mobilisent pour leur venir en aide.

« Notre action s’intègre au programme d’enseignement et aux référentiels de formation », précisent Mélanie Aigu et Christophe Ragot, professeurs porteurs du projet au lycée de l’Yser. Commencée jeudi 16 janvier, l’action doit s’achever vendredi 14 février.

Les animaux ont besoin de vous

Les BTS Services et prestations des secteurs sanitaire et social (SPSS) ont réalisé un diaporama, des affiches et flyers afin de récolter la matière première (tissus de coton, draps, pulls, couvertures, polaires, flanelle) pour réaliser des moufles pour marsupiaux (koalas, kangourous, etc.), des nids d’oiseaux, des poches kangourous.

Les élèves en mention complémentaire d’aide à domicile (MCAD) et en CAP assistant technique en milieu familial et collectif (ATMFC) s’occupent des différentes phases de la réalisation : confection des différents patrons du S au XXXL, découpe des tissus, assemblage des pièces, couture et présentation finale. Élise, 18 ans, confie : « En étant appelés à travailler dans le secteur des services à la personne, nous créons et éprouvons une certaine empathie. Nous nous impliquons et nous sentons responsables, citoyens utiles en venant en aide aux animaux sinistrés. »

Une relation transgénérationnelle pour un échange de savoirs

Emilie et Margot (17 ans), élèves en première Accompagnement, soins, services à la personne (ASSP), détaillent la naissance d’une relation transgénérationnelle avec les pensionnaires de la résidence du Clocher débouchant sur un échange de savoirs. « Nous leur rendons visite pour présenter l’Australie et discuter ensemble au travers de divers supports. En échange, les résidents nous apprendront l’art du tricot et du crochet pour aboutir à des créations d’objets qui rejoindront ce pays de près de 8 millions de km² au milieu de l’océan indien. »